You are here: Home / Mythalexandre

Mythalexandre

La création d’un mythe d’Alexandre le Grand dans les littératures européennes (XIe siècle - début XVIe siècle)


Direction : Catherine Gaullier-Bougassas, professeur de langue et de littérature médiévales françaises à l’Université de Lille 3
Projet CPER 2009-2010
Projet ANR 2009-2013
(Programme blanc 2009 : ANR-09-BLAN-0307-01)

Ce programme de recherche, qui bénéficie du soutien de la MESHS Maison européenne des sciences de l’homme et de la société et de l’Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, a été sélectionné par le CPER Contrat Plan-État-Région, puis par l’ANR Agence nationale de la recherche dans le cadre de son « programme blanc 2009 ». Il est financé par le CPER et par l’ANR de 2009 à 2013.

L’extraordinaire diffusion des récits de la vie d’Alexandre le Grand, du XIe siècle jusque dans la première moitié du XVIe siècle, en Europe occidentale et en Europe orientale, suscite l’écriture d’œuvres littéraires extrêmement nombreuses qui réinventent le mythe. Elles montrent en effet la fabrique d’une figure héroïque et royale nouvelle, « médiévale », à la fois une et diverse, puisqu’elle ne cesse de se transformer dans les différentes littératures européennes. Nous nous interrogerons sur ce qui peut expliquer cette effervescence créatrice sans précédent autour du souvenir d’Alexandre le Grand, ainsi que sur les modalités et les fonctions de ce processus européen de création. Même en posant ces limites temporelles et spatiales, en choisissant la littérature parmi les formes de création – mais nous envisageons aussi les illustrations des manuscrits –, le domaine de la recherche reste très vaste, car nous prenons en compte une longue durée de cinq siècles et demi et les littératures de toute l’Europe.

L’originalité du projet réside dans l’ampleur de son objet d’étude, dans son unité et sa diversité, dans le rôle aussi qu’il a joué pour le développement d’un espace littéraire européen. Elle vient également de la démarche comparatiste et de la méthode de travail que nous choisissons. Nous constituons une équipe interdisciplinaire de chercheurs spécialistes des littératures byzantine, arménienne, slaves, notamment serbe et russe, médio-latine, française, hispanique, germanique, anglaise, néerlandaise, scandinave. Nous avons déjà travaillé, chacun dans notre domaine, sur certaines des œuvres médiévales consacrées à Alexandre le Grand et sur la réception de l’Antiquité au Moyen Âge. Notre ambition est maintenant d’adopter une nouvelle méthodologie et de ne plus séparer l’étude de textes qui, rédigés dans des langues différentes et adressés à des publics divers, entretenaient des liens très étroits au moment de leur création et dans la période envisagée, étant donné que les auteurs ont écrit en lisant et en réinterprétant les textes de leurs prédécesseurs. Ils ont dépassé les frontières linguistiques et culturelles pour les adapter à leurs idéaux esthétiques, à leur imaginaire et leurs systèmes de pensée, ainsi qu’aux horizons d’attente de leurs publics et de leurs mécènes.
La circulation très dense des récits sur Alexandre en Europe, leur réception et leur recréation immédiate dans chacune des zones culturelles fournissent l’un des ensembles textuels les plus riches et complexes pour l’étude de la renaissance et des évolutions d’un mythe historico-littéraire du XIe au XVIe siècle. Nous entendons ainsi mener une analyse précise et comparée des formes de réécriture / traduction / adaptation / continuation qui assurent cette réinvention à l’échelle européenne, avec l’élargissement linguistique sans précédent qu’entraîne l’essor des littératures vernaculaires et avec ses profondes conséquences sur l’acte créateur. L’examen « en miroir » d’œuvres écrites les unes par rapport aux autres permettra d’ouvrir des perspectives inédites pour la compréhension de la création littéraire d’un mythe européen du pouvoir, de la connaissance et du rêve exotique.