You are here: Home / Journées d'étude / Alexandre le Grand tourné en dérision de l'Antiquité à l'époque moderne

Alexandre le Grand tourné en dérision de l'Antiquité à l'époque moderne

Une histoire de la dérision et du rire attachée à la figure d’Alexandre le Grand, de ses finalités éthiques et politiques, de ses formes esthétiques, dans leur diversité et leur discontinuité, à travers les siècles.

When
Jun 07, 2019 from 02:09 PM to 03:18 PM (Europe/Vienna / UTC200)
Where
75005
Contact Name
Attendees
Catherine Gaullier Bougassas et Hélène Tropé
Maureen Attali
Marcin Kurdyka
German Redondo Pérez
Gilles Polizzi
Patrizia de Capitani
Dominique Bertrand
Fernando Doménech Rico
Josée Gallégo
Web
Visit external website
Add event to calendar
iCal

Maureen Attali, « Alexandre dupé dans la littérature rabbinique de l’Antiquité tardive : un compromis entre déférence et autocensure ».

Dominique Bertrand , « Les glorieuses « rencontres » de Dassoucy dans ses dédicaces à « l’Alexandre des Alexandres : rire de Louis XIV et /ou rire avec Louis XIV ?

Patrizia De Capitani, « Alexandre tourné en dérision dans la culture italienne de la Renaissance »

Fernando Doménech Rico, “La mojiganga de Alejandro Magno, de José de Cañizares (1708) y la tradición burlesca”.

Josée Gallego, « Alexandre le Grand ou l'art de jouer à la baballe avec le globe terrestre

Catherine Gaullier-Bougassas, « Alexandre post-mortem et la dérision : des romans médiévaux français aux premières traductions françaises de Lucien »

Marcin Kurdyka : « Alexandre dupé. Le conquérant macédonien dans la Chronica Polonorum de Vincent Kadłubek (c. 1205)"                               

Germán Redondo Pérez, “Desmitificación y parodia de Alejandro Magno en la traducción castellana realizada por Juan de Aguilar Villaquirán del «Diálogo entre Alejandro y Filipo» de Luciano (1617)”.

Hélène Tropé,  « Un Alexandre de plus en plus tourné en dérision : de la comédie palatine de Pedro Calderón Tout donner et ne rien donner(1651) à la comédie burlesque homonyme de Pedro Francisco Lanini Sagredo (1653) »